21 janvier, journée charcutière

19 janvier 2011
Par

Après-demain 21 janvier, vous aurez le choix entre vous rendre à la basilique de Saint-Denis écouter une messe  en présence de Son Altesse Royale le prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme, et déguster, une fois n’est pas coutume, une tête de veau.

 

La raison de cette bizarre alternative ? Les commémorations respectives de l’exécution de Louis XVI par les royalistes et les républicains.
Au passage,  son acte de décès, dont  les lieux de naissance et de résidence sont particulièrement savoureux.

  • Du lundi 18 mars 1793, l’an Second de la République française. Acte de décès de Louis CAPET, du 21 janvier dernier, dix heures vingt-deux minutes du matin ; profession, dernier Roy des Français, âgé de trente-neuf ans, natif de Versailles, paroisse Notre-Dame, domicilié à Paris, tour du Temple ; marié à Marie-Antoinette d’Autriche, ledit Louis Capet exécuté sur la Place de la Révolution en vertu des décrets de la Convention nationale des quinze, seize et dix-neuf dudit mois de janvier (…).”

 

Lys et basilique

Le 21 janvier, donc, les légitimistes se réunissent à la basilique Saint-Denis à l’occasion d’une messe et d’une prédication, pour rendre hommage à leur souverain déchu. Le prince qui sera présent demain, lointain descendant de Louis XIV de la branche des Bourbon d’Espagne, est d’ailleurs le président d’honneur des associations “Louis XVI” et “Mémorial de France à Saint-Denys”. Il a notamment eu la délicatesse de porter plainte en 2008 contre l’exposition Jeff Koons au château de Versailles, en raison notamment de son “caractère pornographique affiché“. Tout à fait.

 

Cochonnailles révolutionnaires

Mais revenons à cette bonne vieille tête de veau. D’où vient-elle, au juste ?
Après quelques pérégrinations sur la toile, j’ai trouvé sur Gallica (Louée soit Gallica !) un pamphlet de Romeau : La tête ou l’oreille de cochon, de 1794. Pour mieux éradiquer les  anciennes fêtes religieuses, il propose l’instauration de traditions nouvelles, comme une bastille en pâtisserie pour le 14 juillet, et surtout, le 21 janvier, une tête ou une oreille de cochon.
Pierre-François Palloy (le petit malin qui a revendu les pierres de la Bastille ) aurait ainsi participé à des banquets républicains, parmi tant d’autres, jusqu’à la Restauration… où il reçu l’Ordre du Lys.

Le choix de la tête de cochon farcie n’a rien d’étonnant, dans la mesure où Louis XVI était assimilé dans les caricatures à cet animal depuis quelques années déjà.
En revanche, le passage de la tête de cochon à la tête de veau est plus problématique, même si l’hypothèse anglaise semble la plus probable.

 

Remember !

En effet, Romeau suggère que chaque patriote “imite les patriotes Anglais qui, le jour de la décollation de leur roi Charles II (sic) , ne manquent jamais de manger une tête de veau.” Il s’agit bien sûr en réalité de Charles Ier, décapité lors de la première révolution anglaise le 30 janvier 1649.

Dans l’Éducation sentimentale, l’origine anglaise revient dans la bouche de Deslauriers devenu vieux :

  • “Frédéric poussa un cri de joie, et pria l’ex-délégué du Gouvernement provisoire de lui apprendre le mystère de la tête de veau.
    - C’est une importation anglaise. Pour parodier la cérémonie que les royalistes célébraient le 30 janvier, des Indépendants fondèrent un banquet annuel où l’on mangeait des têtes de veau, et où on buvait du vin rouge dans des crânes de veau en portant des toasts à l’extermination des Stuarts. Après Thermidor, des terroristes organisèrent une confrérie toute pareille, ce qui prouve que la bêtise est féconde.”

On peut donc au moins être certains d’une chose : en 1869, quand Flaubert publiait l‘Education Sentimentale, la tête de veau avait déjà remplacé celle de cochon. Et si jamais quelqu’un a de plus amples informations, la porte des commentaires est grande ouverte.

 

Le fait que ces traditions aient, d’un côté comme de l’autre, encore cours aujourd’hui rappelle s’il est besoin à quel point l’évocation de la Révolution demeure un sujet chatouilleux… au moins chez les amateurs d’histoire et de politique.
Ceci dit, pour ma part, j’ai l’estomac sensible et ne pousse pas la dévotion révolutionnaire jusqu’au sacrifice culinaire, même si le cœur y est. Mais pour les autres, quelques banquets républicains fleurissent un peu partout en France… y compris, parait-il, non loin de la Sorbonne.

 

Sources et références

“Du “Roi-père” au “Roi-cochon”", excellent article d’Annie Duprat sur les caricatures de Louis XVI.
La tête ou l’oreille de cochon

Confrérie Rochelaise de la tête de veau
Association Louis XVI
La lettre de Charles-Emmanuel à Sarkozy pour protester contre Jeff Koons


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Questions d'actualité

3 commentaires pour “ 21 janvier, journée charcutière ”

  1. Emmanuelle le 25/01/2011 à 23 h 58 min

    Je vais être effroyablement pragmatique mais: et si la tête de veau était tout simplement meilleure que celle de cochon? ^^ Les symboles qui durent trouvent souvent leur limite dans une certaine simplicité ou forme de plaisir, non?

  2. Marion le 19/01/2011 à 13 h 23 min

    Alors, d’abord, l’exposition Jeff Koons au château de Versailles, c’était de la merde. Ce mec n’est pas un artiste, il abord l’art, comme il abordait son ancien métier de trader, pour faire de la tune (et ça marche).
    Ensuite, mieux vaut les descendant d’Espagne que la branche congénitale.

    Et puis c’est tout ! :p

    • Juliette le 19/01/2011 à 14 h 33 min

      Est-ce que Louis XX vaut mieux qu’Henri VII ? Honnêtement, ce n’est pas un débat dans lequel j’ai très envie de me lancer – peut-être parce qu’il m’indiffère profondément. ;)

      En revanche, pour l’exposition Jeff Koons, je ne pense pas que son œuvre soit le problème, qu’on l’apprécie ou pas (ce qui n’est pas mon cas non plus.)
      Les mêmes qui s’élevaient contre son expo ont râlé aussi lors de l’expo Murakami.
      A mon avis la polémique relève plutôt d’un débat qui devient presque traditionnel, depuis la pyramide du Louvre et les colonnes de Buren : l’art contemporain a-t-il droit de cité au sein des lieux historiques ?

Laisser un commentaire

Sérendipiquoi ?

La sérendipité, c'est le fait de trouver ce qu'on ne cherchait pas.
Faire par hasard une découverte inattendue, en cherchant par exemple quelque chose de complètement différent.
D'ailleurs, sur internet - s'il faut en croire certains mots clés que je retrouve dans mes statistiques de recherche - la sérendipité tue le porn.


Carnets de recherche