Le mystère du Samouraï de Versailles

Le château de Versailles est à lui seul un objet de recherche, étudié depuis des lustres tant par les historiens que par les historiens de l’art.
Et pourtant…

Pourtant, lors de la grande restauration de la galerie des Glaces de 2004-2007, les conservateurs ont eu la surprise de taille de découvrir, représentée au-dessus d’un chapiteau… une armure de Samouraï. A laquelle personne, étant donné la hauteur de plafond et l’assombrissement des fresques par la crasse accumulée au fil des ans, n’avait prêté la moindre attention.

 


Qu’est-ce qu’un Samouraï a bien pu venir faire à Versailles, me direz-vous ? Eh bien, le plus curieux dans cette ô combien curieuse affaire est que malgré toutes les recherches des spécialistes, il n’ait été trouvé aucune trace de la venue d’une ambassade japonaise, ni même la moindre mention de l’armure ou de la fresque.

Les conservateurs, qui comme vous pouvez vous en douter, n’en croyaient pas leurs yeux, se sont dépêchés de mener l’enquête et ont fini par retrouver au musée de l’armée une armure de Samouraï, dont les couleurs correspondaient parfaitement à celle de la peinture. Selon les experts du musée, on trouve effectivement des traces de l’amure sous Louis XIV. En revanche et à leur propre surprise, impossible de retrouver l’origine de l’acquisition de l’armure. Une fois encore, le vide abyssal.

A ce jour, aucun indice ne permet donc d’expliquer la présence de cette armure au musée, ni à plus forte raison la raison de sa représentation dans la galerie des glaces.
Cela viendra, sans doute. Mais d’ici là, les historiens devront céder la place aux brodeurs d’histoires…

Source : Nicolas Milovanovic, conservateur en chef au château de Versailles, au cours d’une conférence intitulée « Les peintures de la galerie des Glaces et des appartements royaux : l’iconographie du pouvoir », cet après-midi même, dans le cadre d’un séminaire de l’EHESS.
Edit (avril 2012) : Un généreux contributeur vient de m’envoyer la photographie de la peinture, prise durant la restauration de 2004-2007. Ladite restauration ayant été financée par l’entreprise Vinci, cette dernière avait mis en ligne un site internet présentant des photographies dont l’ensemble reconstituait une vue exhaustive de la voute.


Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

11 réflexions au sujet de « Le mystère du Samouraï de Versailles »

  1. Pour compléter les recherches sur cette peinture, j’ai identifié autant que je l’ai pu les autres armes qui y sont dessinées car l’erreur a été de se focaliser uniquement sur l’armure japonaise et de ne tenir compte ni des autres objets ni de la politique de Louis XIV.
    Le bouclier de gauche dont la structure en osier est consolidée au centre par une plaque ronde en acier proviendrait de Turquie. Il en est de même pour celui de droite qui a des motifs différents mais la même fabrication.
    L’arc semble être mongol ou chinois, quant au carquois, il n’est pas assez visible pour que nous puissions en déterminer l’origine avec certitude, mais peut-être vient-il du même pays que l’arc ?
    Ce trophée constitué d’armes et d’équipements de civilisations non chrétiennes montre bien la volonté d’hégémonie de Louis XIV.

  2. Grâce à un blog japonais :shogado qui montre notamment une photo de face de cette peinture, j’ai pu émettre une théorie sur la présence de cette armure japonaise qui a priori détonne dans la Galerie des Glaces.
    On voit clairement une armure japonaise , le casque renversé, posée sur des boucliers , un arc et des flèches; ces derniers provenant d’autres pays. Les manches de l’armure sont volontairement mises de travers.(ces objets ayant été peints à même le sol).
    Il doit donc s’agir du symbole de la victoire de Louis XIV sur les non croyants, car ce sont des armes provenant de civilisations non chrétiennes.Il faudrait vérifier que l’emplacement de cette peinture du côté des fenêtres dans l’ensemble des tableaux confirme cette théorie.
    Par contre elle n’apporte aucun élément sur la provenance du modèle qui se trouve au Musée des Invalides-si ce n’est qu’il manque maintenant à celle-ci la décoration du casque (maedate) et une jambière (suneate)

  3. pas de photo, article censé être écrit 5 ans apres la découverte, pas d’autre indice… Pas de datation au C14 non plus. Un musée, ca sert à être visité, donc personne ne l’aurait vu auparavant?
    Délire ou poisson d’avril au mauvais timing?

    1. Ah ah, si c’est mon article que vous mettez en doute, je vous invite à le relire, vous y trouverez des réponses à la plupart de vos objections. S’il s’agit de la découverte en elle-même, il vous est toujours possible de contacter monsieur Milovanovic pour approfondir la question – ou le questionner sur son amour éventuel pour le poisson.

  4. Merci pour cet article très intéressant ! Dommage, en effet, qu’il ne soit pas illustré par ladite armure… Est-elle visible si l’on se rend sur place ?

    1. Je viens seulement de lire les différents commentaires au sujet de cette armure peinte; je peux vous apporter une précision pour l’armure du musée des Invalides:celle-ci serait signée de l’armurier Iwaï Yozaémon . Si cela est le cas, cet armurier a vécu dans la province de Yamato pendant la période Momoyama (fin du 16° et début du 17° siècles)
      Les Iwaï sont avec les Myochin, les Saotome et les Haruta les armuriers les plus célèbres du Japon.
      Il faudrait donc vérifier sur l’armure (ou sur les 3 autres) si d’autres éléments ne pourraient aider à dater leur arrivée en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *