Pourquoi « olim et nunc », au juste ?

En latin, olim et nunc, c’est « autrefois et maintenant ».

Évidemment, cela pose la question du rapport de l’histoire au présent. On entend souvent parler de l’utilité de l’histoire qui permettrait de ne pas renouveler les erreurs du passé… Soyons clairs, c’est une vaste fumisterie. Je doute même que quelqu’un ait jamais cru un jour à ce poncif, qui offre sans doute surtout l’avantage de combler quelques lignes d’un discours fastidieux.

Si l’histoire doit jamais servir au temps présent, c’est en permettant de comprendre le pourquoi du comment, et d’appréhender  la mise en place de traditions, de mécanismes et de pensées considérés comme immuables.
Puisque l’ethnologie s’efforce de nous laver d’un ethnocentrisme tenace, l’histoire peut faire de même pour ce qui serait alors un chronocentrisme, à savoir le fait , d’une part, de juger toute chose suivant les repères de notre époque sans tenir compte du contexte, mais également d’autre part, de penser ces repères de manière essentialiste, comme s’ils avaient toujours été tels que nous les connaissons.  Historiciser, donc, pour se débarrasser enfin du mythe de l’insupportable « de tous temps ».

Le projet de ce blog – autant vous rassurer tout de suite, lecteurs dubitatifs – n’est pas de renverser d’un coup de plume mégalomaniaco-belliqueuse l’ensemble des préjugés qui trainent dans ce domaine. Il faudrait une vraiment très  grosse plume, ce qui n’est pas mon cas.
En revanche, je peux essayer de remettre certains faits de l’actualité en perspective, ou encore faire partager les curiosités diverses sur lesquelles je tombe de temps à autres au fil de mes recherches.

Et si l’idée vous tente, eh bien, soyez les bienvenus !


Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

3 réflexions au sujet de « Pourquoi « olim et nunc », au juste ? »

  1. Olim et nunc… Bon j’ai du retard mais c’est seulement ce matin que je découvre ce blog jadis et maintenant. Je le mets en signet. J’aime ce nom « olim et nunc », plein de douceur sonore il me renvoie à mes années latin olim, la tête au présent nunc et nunc.
    Je vais lire puisque j’ai du retard à rattraper.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *