Sainte-Catherine, l’anti-catherinette

Le hasard fait bien les choses…

En déplacement à Arras, lors d’une balade au musée des Beaux-Arts, je tombe sur la petite statue d’une jeune femme au visage de poupée et au regard étrangement fixe, à la fois distant et mélancolique.

Cette statuette flamande du XVIe siècle représente Sainte Catherine, ou plus exactement Catherine d’Alexandrie.

Mais avant de vous parler de son histoire peu commune, laissez-moi revenir sur les catherinettes que l’on célèbre demain.

 

Ce qui se cache derrière les catherinettes

Reliquat d’une coutume médiévale consistant à placer chaque année pour les jeunes filles célibataires une nouvelle coiffe sur la statue de la sainte – d’où l’expression « coiffer Sainte-Catherine », la fête traditionnelle évolue à la fin du XIXe siècle pour ne concerner plus que les jeunes femmes de plus de 25 ans. Le terme catherinette apparait d’ailleurs en 1882. Le bal de la Sainte-Catherine, parfois appelé « foire aux fiancés », est alors perçu comme le bal de la dernière chance, l’ultime possibilité de se faire passer la bague au doigt avant qu’il ne soit trop tard.

Une coutume visant à intimer aux excentriques de rentrer dans le rang comme il en existe bien d’autres. Rabattre le caquet des hautaines, ridiculiser les laides, et ne parlons même pas des inverties éventuelles, une mission assurée à cœur joie, la pression sociale – surtout festive – étranglant comme d’habitude les velléités d’émancipation avec une efficacité à toute épreuve.

 De fait, une femme qui n’est pas définie par son statut marital et qui ne se réfugie pas au couvent court le risque à partir d’un certain âge de rejoindre le mythe, terrifiant s’il en est, de la vieille fille. Puisqu’il est hors de question de laisser penser à la possibilité d’une sexualité hors du mariage, l’imaginaire de la vieille fille est tout entier centré sur le spectre abject d’une virginité rancie. Acariâtre, jaunie, fripée, la veille fille est condamnée à vivre aux crochets de sa famille en devenant à son tour un repoussoir vivant pour les adolescentes qui tarderaient un peu trop.

Dès lors, tous les moyens sont bons et il n’est plus question d’être trop regardante, d’où cette prière évocatrice :

« Sainte Catherine, aide-moi. Ne me laisse pas mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine ; mais plutôt un que pas du tout ».

Si la fête rurale tend à dépérir au début du siècle, elle s’accroit dans les villes. Dans les années 20, la journée connait à Paris une véritable explosion, portée par les maisons de couture dont Sainte Catherine est la patronne.

Outre les bals, les marches et autres festivités fleurit la pratique des concours, comme le rappelle Anne Monjaret :

 La particularité de la Sainte-Catherine ne réside pas dans ce seul bal, mais bien dans les concours de chapeau et les élections de reines qui l’accompagnent et qui apportent à la fête fantaisie, comique, inattendu. Ce concours de chapeaux réunit un jury souvent composé d’artistes de renom (de la chanson, du théâtre), de personnalités du sport. (…) Ces concours qui laissent cours à l’imagination créatrice expliquent l’évolution du bonnet de catherinette qui, de la coiffe en dentelle se métamorphose en chapeau pittoresque ou grotesque.

Souvent poussée par les collègues, la catherinette accepte de concourir malgré ses états d’âme, ses hésitations; elle monte sur la scène tiraillée entre la crainte de paraître en public et l’envie de remercier ses amis et collègues qui lui ont offert ce chapeau et l’ont mise à l’honneur toute la journée. En acceptant ce rôle de représentation, la jeune fille rentre aussi dans un jeu de concurrence entre les différentes maisons de couture.

« La fête de la Sainte-Catherine à Paris dans les Années folles vue à travers la presse », Anne Monjaret, Journal of European Ethnology, Volumes 25 à 26, p.144

Une tradition qui perdure

« Mettre à l’honneur » une célibataire sans lui donner vraiment la possibilité de refuser, en faire un enjeu d’intégration, et dans le cadre de l’entreprise par dessus le marché… Vous avez dit bizutage ?

Tout cela n’aurait finalement qu’une importance modérée si cette pratique n’avait pas repris depuis quelques années. Le 25 novembre, on retrouve des catherinettes, y compris dans les pratiques festives de l’entreprise, qui se fabriquent un chapeau dans une attitude de défi apparent, à la manière de ce triste néologisme, « célibattante ».

Tourner les normes sociales liées au célibat en jeu pour mieux s’y soumettre ?

Les mœurs ont évolué, le rapport au mariage s’est métamorphosé, et pourtant, le renouveau de cette pratique révèle un malaise toujours présent face au refus du couple, en dépit de ses évolutions.

D’ailleurs, je me demande comment définir aujourd’hui une catherinette. Jamais mariée ? N’ayant jamais vécu en concubinage ? Seulement célibataire ? Et qu’en est-il des jeunes divorcées ?

Peu importe la réponse à ces questions, si tant est qu’il y en ait une. La manière dont cette pratique arroge le droit de s’immiscer pesamment dans les choix de vie des femmes, et surtout la participation des femmes visées elles-mêmes, ne fait que se superposer à un ensemble de normes dont la conséquence la plus cruelle est peut-être le fait qu’elles soient aussi profondément intégrées par celles qui en sont victimes.

Et Saint-Catherine, dans tout ça ?

La renaissance de cette tradition avait déjà tendance à me hérisser doucement le poil, mais je n’ai réalisé pleinement l’ironie de la chose qu’en découvrant qui était Sainte-Catherine.

Catherine d’Alexandrie aurait vécu à la fin du IIIe siècle après Jésus-Christ, pendant environ dix-sept ans. Issue d’une famille noble, elle se fait remarquer par son intelligence et son savoir. Une nuit, révélation soudaine : elle voit Jésus en rêve et décide qu’elle est dorénavant liée à lui par mariage mystique.

Or, quelques temps plus tard, l’empereur romain Maximien qui était de passage à Alexandrin organise une somptueuse fête…païenne, bien sûr.

Et là, cette petite jeune fille se lève face à l’empereur dans toute sa gloire, et pousse l’inconscience jusqu’à tenter de le convertir. Pour se divertir sans doute, et lui rabattre un peu son caquet, il dépêche contre elle cinquante des plus grands philosophes locaux, pour convaincre la jolie pimbêche de renier sa foi.

Non seulement Catherine ne se dérobe pas, mais elle tient tête aux cinquante savants, et mène si bien le débat… qu’ils finissent tous chrétiens.

Fou de rage, Maximien les fait exécuter, mais décide d’épouser Catherine.

Devant son refus inflexible, il la fait torturer – les pointes des roues se brisent devant son corps, dit la légende – puis décapiter. Outre la roue de son martyr, elle est souvent représentée tenant à la main un livre ou bien une plume.

Et c’est au nom de cette intellectuelle qui a refusé le mariage au mépris de sa vie pour rester fidèle à ses convictions que l’on humilie donc chaque année les célibataires ayant dépassé la date de péremption sociale. Alléluia.

 Le 25 novembre

Sinon, le 25 novembre, c’est aussi la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Le jour a été choisi en hommage aux sœurs Mirabal, activistes assassinées toutes deux le 25 novembre dans leur lutte contre le dictateur dominicain Rafael Trujillo.

D’ailleurs Minerva, la sœur cadette, passe pour avoir eu comme Catherine une intelligence précoce. A cinq ans, elle sait lire et écrire, à sept elle récite des vers de Victor Hugo. Comme Catherine aussi, ses ennuis commencent lorsque le Jefe décide de la mettre dans son lit et qu’elle refuse de céder.

De Catherine d’Alexandrie aux soeurs Mirabal, sans se complaire dans le culte du martyre, peut-être pourrait-on faire du 25 novembre, plutôt que la résurrection sous des airs de joyeuse gaudriole d’une coutume on ne peut plus patriarcale, un symbole de résistance.

 

En savoir plus :

« La fête de la Sainte-Catherine à Paris dans les Années folles vue à travers la presse »

Jean Méliot, Vie de Sainte Catherine d’Alexandrie, 1468-1477. Pour le plaisir des enluminures.

Un témoignage à Vesoul, ville où s’est perpétué la tradition avec le plus de vivacité. Si vous avez le cœur bien accroché.

Un article très complet sur l’évolution historique  à la fois du culte de de Sainte Catherine (celle de Sienne et celle d’Alexandrie) et de la pratique des catherinettes.

Le parcours des sœurs Mirabal.


Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

3 réflexions au sujet de « Sainte-Catherine, l’anti-catherinette »

  1. Mystère d’iGoogle, ce post n’apparaît que maintenant dans l’onglet Olim et nunc de ma page…
    Bref, je suis bien contente de voir que je ne suis pas la seule à être mal à l’aise face au retour de cette tradition puante, et la façon dont certaines de nos connaissances s’y plongent à coeur joie. Ce qui m’amène à la réflexion que les connaissances en questions sont toutes, comme par hasard, pas réellement célibataires – mais j’imagine que se dire catherinette est plus drôle quand on est dans la situation socialement acceptable d’un couple non marié et qu’on n’est dont pas réellement mise au pilori…

  2. Ainsi donc l’habitude d’organiser des concours stupides où des malheureux caractérisés défilent devant un jury de célébrités du spectacle et des sport être jugés (voire raillés si possible) ne date pas de la télé-réalité mais des années 20?! Hé bé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *