Le 8 mars ? Des pavés, pas des fleurs.

7 mars 2013
Par

Chers collègues bien intentionnés qui nous offrent des fleurs parce que c'est notre journée, chers journalistes armés de jolies formules galantes, chers potaches qui se réjouissent déjà de dégainer leurs blagues sexistes-mais-au-second-degré, chers publicitaires qui s'échinent à nous faire des ristournes sur les cours de maquillage,
On l'a assez dit et répété, ingrates que nous sommes : non, le 8 mars n'est pas la journée de la femme mais bien la journée internationale des droits des femmes.
...Sauf que, lorsqu'on se rend sur la page des Nations Unies, qui ont officialisé l'évènement en 1977, on réalise que contrairement aux annonces par exemple du gouvernement français, l'intitulé officiel en français est "Journée internationale de la femme". En anglais, c'est  - un peu - mieux : International Women's Day, au pluriel, donc.Clara Zetkin

De fait, force est de constater que les droits n'entrent pas toujours dans le nom officiel de la journée.
Mais terminologie ou non, il n'a jamais été question que de ça.

Tout commence en  août 1910, à Copenhague, lors d'une conférence internationale des femmes socialistes, durant laquelle est évoquée pour la première fois l'idée d'une manifestation annuelle, dédiée à la lutte pour l'égalité des sexes en général et pour le droit de vote en particulier. A l'origine de cette idée, il y a Clara Zetkin, enseignante spartakiste et future élue communiste.

8 mars 1914D'année en année, des manifestations s'organisent un peu partout et se fixent progressivement sur le 8 mars.
Le 8 mars 1917 notamment (23 février selon le calendrier grégorien), de nombreux cortèges féminins défilent à Saint-Pétersbourg sans tenir comte des instructions du Parti, pour réclamer du pain et crier leur refus de la guerre. Rejointes par les ouvriers, les slogans se radicalisent, le mouvement prend de l'ampleur, un régiment de cosaques refuse d'intervenir... C'est le début de la révolution russe.

Tout ça nous amène au 8 mars 1921, lorsque le camarade Lénine fait de ce jour de commémoration la Journée internationale des ouvrières. Dans la Pravda du jour, il déclare entre autres :

  • "On ne saurait amener les masses à la vie politique sans y attirer les femmes. Car en régime capitaliste, les femmes, la moitié de l’espèce humaine, sont doublement exploitées. L’ouvrière et la paysanne sont opprimées par le capital, et par surcroît, mêmes dans les républiques bourgeoises les plus démocratiques, premièrement elles ne jouissent pas de tous les droits, car la loi ne leur confère pas l’égalité avec les hommes ; deuxièmement, et c’est là l’essentiel, elles restent confinées dans « l’esclavage domestique », elles sont les « esclaves du foyer » accablés par les travaux ménagers, les plus mesquins, ingrats, durs et abrutissants, et en général par les tâches domestiques et familiales individuelles."

Mais le parti bolchevique n'est pas le seul à célébrer cette journée. Les marins révoltés de Kronstadt, revendiquant de soviets libres, font savoir via un radiotélégramme du Comité Révolutionnaire Provisoire :

  • "Kronstadt libérée parle aux ouvrières du monde entier : Nous, ceux de Kronstadt, sous le feu des armes, sous les mugissements des obus qui déferlent sur nous (...) adressons notre salut fraternel aux travailleuses du monde."

...La veille, l'Armée rouge avait commencé à ouvrir le feu sur la ville.
Écrasée dans le sang, la révolte sera suivie d'une répression particulièrement brutale.

Le 8 mars est né des luttes.
Il y a de fortes chances que l'énergie de beaucoup s'épuise à dénombrer les récupérations et incompréhensions aussi diverses que nauséabondes qui en sont faites, célébration aussi flagorneuse qu'illusoire d'un éternel féminin de pacotille, à s'en révolter, à le dénoncer, à le faire savoir. Mais en ce jour, ce sera précisément de cela qu'il sera question : de lutte.

Alors la prochaine fois, tant qu'à faire, plutôt que de nous offrir des fleurs... offrez-vous Le Deuxième Sexe.

 

La carte des évènements prévus en France
L'intégralité de l'article publié dans la Pravda
Un premier aperçu de la révolte de Kronstadt
Un témoignage de Clara Zetkin sur Lénine et le féminisme (en anglais)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , ,

Posté dans : Contes des origines, Du côté des sources, Questions d'actualité

3 commentaires pour “ Le 8 mars ? Des pavés, pas des fleurs. ”

  1. Gali le 04/07/2013 à 0 h 08 min

    Très intéressant, merci encore !

  2. [...] Chers collègues bien intentionnés qui nous offrent des fleurs parce que c'est notre journée, chers journalistes armés de j...  [...]

  3. Équipe hypotheses.org le 07/03/2013 à 12 h 49 min

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L'équipe d'Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Sérendipiquoi ?

La sérendipité, c'est le fait de trouver ce qu'on ne cherchait pas.
Faire par hasard une découverte inattendue, en cherchant par exemple quelque chose de complètement différent.
D'ailleurs, sur internet - s'il faut en croire certains mots clés que je retrouve dans mes statistiques de recherche - la sérendipité tue le porn.