Sainte-Catherine, l’anti-catherinette

Le hasard fait bien les choses…

En déplacement à Arras, lors d’une balade au musée des Beaux-Arts, je tombe sur la petite statue d’une jeune femme au visage de poupée et au regard étrangement fixe, à la fois distant et mélancolique.

Cette statuette flamande du XVIe siècle représente Sainte Catherine, ou plus exactement Catherine d’Alexandrie.

Mais avant de vous parler de son histoire peu commune, laissez-moi revenir sur les catherinettes que l’on célèbre demain.

 

Ce qui se cache derrière les catherinettes

Reliquat d’une coutume médiévale consistant à placer chaque année pour les jeunes filles célibataires une nouvelle coiffe sur la statue de la sainte – d’où l’expression « coiffer Sainte-Catherine », la fête traditionnelle évolue à la fin du XIXe siècle pour ne concerner plus que les jeunes femmes de plus de 25 ans. Le terme catherinette apparait d’ailleurs en 1882. Le bal de la Sainte-Catherine, parfois appelé « foire aux fiancés », est alors perçu comme le bal de la dernière chance, l’ultime possibilité de se faire passer la bague au doigt avant qu’il ne soit trop tard.

Une coutume visant à intimer aux excentriques de rentrer dans le rang comme il en existe bien d’autres. Rabattre le caquet des hautaines, ridiculiser les laides, et ne parlons même pas des inverties éventuelles, une mission assurée à cœur joie, la pression sociale – surtout festive – étranglant comme d’habitude les velléités d’émancipation avec une efficacité à toute épreuve.

 De fait, une femme qui n’est pas définie par son statut marital et qui ne se réfugie pas au couvent court le risque à partir d’un certain âge de rejoindre le mythe, terrifiant s’il en est, de la vieille fille. Puisqu’il est hors de question de laisser penser à la possibilité d’une sexualité hors du mariage, l’imaginaire de la vieille fille est tout entier centré sur le spectre abject d’une virginité rancie. Acariâtre, jaunie, fripée, la veille fille est condamnée à vivre aux crochets de sa famille en devenant à son tour un repoussoir vivant pour les adolescentes qui tarderaient un peu trop.

Dès lors, tous les moyens sont bons et il n’est plus question d’être trop regardante, d’où cette prière évocatrice :

« Sainte Catherine, aide-moi. Ne me laisse pas mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine ; mais plutôt un que pas du tout ».

Si la fête rurale tend à dépérir au début du siècle, elle s’accroit dans les villes. Dans les années 20, la journée connait à Paris une véritable explosion, portée par les maisons de couture dont Sainte Catherine est la patronne.

Outre les bals, les marches et autres festivités fleurit la pratique des concours, comme le rappelle Anne Monjaret :

 La particularité de la Sainte-Catherine ne réside pas dans ce seul bal, mais bien dans les concours de chapeau et les élections de reines qui l’accompagnent et qui apportent à la fête fantaisie, comique, inattendu. Ce concours de chapeaux réunit un jury souvent composé d’artistes de renom (de la chanson, du théâtre), de personnalités du sport. (…) Ces concours qui laissent cours à l’imagination créatrice expliquent l’évolution du bonnet de catherinette qui, de la coiffe en dentelle se métamorphose en chapeau pittoresque ou grotesque.

Souvent poussée par les collègues, la catherinette accepte de concourir malgré ses états d’âme, ses hésitations; elle monte sur la scène tiraillée entre la crainte de paraître en public et l’envie de remercier ses amis et collègues qui lui ont offert ce chapeau et l’ont mise à l’honneur toute la journée. En acceptant ce rôle de représentation, la jeune fille rentre aussi dans un jeu de concurrence entre les différentes maisons de couture.

« La fête de la Sainte-Catherine à Paris dans les Années folles vue à travers la presse », Anne Monjaret, Journal of European Ethnology, Volumes 25 à 26, p.144

Une tradition qui perdure

« Mettre à l’honneur » une célibataire sans lui donner vraiment la possibilité de refuser, en faire un enjeu d’intégration, et dans le cadre de l’entreprise par dessus le marché… Vous avez dit bizutage ?

Tout cela n’aurait finalement qu’une importance modérée si cette pratique n’avait pas repris depuis quelques années. Le 25 novembre, on retrouve des catherinettes, y compris dans les pratiques festives de l’entreprise, qui se fabriquent un chapeau dans une attitude de défi apparent, à la manière de ce triste néologisme, « célibattante ».

Tourner les normes sociales liées au célibat en jeu pour mieux s’y soumettre ?

Les mœurs ont évolué, le rapport au mariage s’est métamorphosé, et pourtant, le renouveau de cette pratique révèle un malaise toujours présent face au refus du couple, en dépit de ses évolutions.

D’ailleurs, je me demande comment définir aujourd’hui une catherinette. Jamais mariée ? N’ayant jamais vécu en concubinage ? Seulement célibataire ? Et qu’en est-il des jeunes divorcées ?

Peu importe la réponse à ces questions, si tant est qu’il y en ait une. La manière dont cette pratique arroge le droit de s’immiscer pesamment dans les choix de vie des femmes, et surtout la participation des femmes visées elles-mêmes, ne fait que se superposer à un ensemble de normes dont la conséquence la plus cruelle est peut-être le fait qu’elles soient aussi profondément intégrées par celles qui en sont victimes.

Et Saint-Catherine, dans tout ça ?

La renaissance de cette tradition avait déjà tendance à me hérisser doucement le poil, mais je n’ai réalisé pleinement l’ironie de la chose qu’en découvrant qui était Sainte-Catherine.

Catherine d’Alexandrie aurait vécu à la fin du IIIe siècle après Jésus-Christ, pendant environ dix-sept ans. Issue d’une famille noble, elle se fait remarquer par son intelligence et son savoir. Une nuit, révélation soudaine : elle voit Jésus en rêve et décide qu’elle est dorénavant liée à lui par mariage mystique.

Or, quelques temps plus tard, l’empereur romain Maximien qui était de passage à Alexandrin organise une somptueuse fête…païenne, bien sûr.

Et là, cette petite jeune fille se lève face à l’empereur dans toute sa gloire, et pousse l’inconscience jusqu’à tenter de le convertir. Pour se divertir sans doute, et lui rabattre un peu son caquet, il dépêche contre elle cinquante des plus grands philosophes locaux, pour convaincre la jolie pimbêche de renier sa foi.

Non seulement Catherine ne se dérobe pas, mais elle tient tête aux cinquante savants, et mène si bien le débat… qu’ils finissent tous chrétiens.

Fou de rage, Maximien les fait exécuter, mais décide d’épouser Catherine.

Devant son refus inflexible, il la fait torturer – les pointes des roues se brisent devant son corps, dit la légende – puis décapiter. Outre la roue de son martyr, elle est souvent représentée tenant à la main un livre ou bien une plume.

Et c’est au nom de cette intellectuelle qui a refusé le mariage au mépris de sa vie pour rester fidèle à ses convictions que l’on humilie donc chaque année les célibataires ayant dépassé la date de péremption sociale. Alléluia.

 Le 25 novembre

Sinon, le 25 novembre, c’est aussi la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Le jour a été choisi en hommage aux sœurs Mirabal, activistes assassinées toutes deux le 25 novembre dans leur lutte contre le dictateur dominicain Rafael Trujillo.

D’ailleurs Minerva, la sœur cadette, passe pour avoir eu comme Catherine une intelligence précoce. A cinq ans, elle sait lire et écrire, à sept elle récite des vers de Victor Hugo. Comme Catherine aussi, ses ennuis commencent lorsque le Jefe décide de la mettre dans son lit et qu’elle refuse de céder.

De Catherine d’Alexandrie aux soeurs Mirabal, sans se complaire dans le culte du martyre, peut-être pourrait-on faire du 25 novembre, plutôt que la résurrection sous des airs de joyeuse gaudriole d’une coutume on ne peut plus patriarcale, un symbole de résistance.

 

En savoir plus :

« La fête de la Sainte-Catherine à Paris dans les Années folles vue à travers la presse »

Jean Méliot, Vie de Sainte Catherine d’Alexandrie, 1468-1477. Pour le plaisir des enluminures.

Un témoignage à Vesoul, ville où s’est perpétué la tradition avec le plus de vivacité. Si vous avez le cœur bien accroché.

Un article très complet sur l’évolution historique  à la fois du culte de de Sainte Catherine (celle de Sienne et celle d’Alexandrie) et de la pratique des catherinettes.

Le parcours des sœurs Mirabal.

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le mystère du Samouraï de Versailles

Le château de Versailles est à lui seul un objet de recherche, étudié depuis des lustres tant par les historiens que par les historiens de l’art.
Et pourtant…

Pourtant, lors de la grande restauration de la galerie des Glaces de 2004-2007, les conservateurs ont eu la surprise de taille de découvrir, représentée au-dessus d’un chapiteau… une armure de Samouraï. A laquelle personne, étant donné la hauteur de plafond et l’assombrissement des fresques par la crasse accumulée au fil des ans, n’avait prêté la moindre attention.

 


Qu’est-ce qu’un Samouraï a bien pu venir faire à Versailles, me direz-vous ? Eh bien, le plus curieux dans cette ô combien curieuse affaire est que malgré toutes les recherches des spécialistes, il n’ait été trouvé aucune trace de la venue d’une ambassade japonaise, ni même la moindre mention de l’armure ou de la fresque.

Les conservateurs, qui comme vous pouvez vous en douter, n’en croyaient pas leurs yeux, se sont dépêchés de mener l’enquête et ont fini par retrouver au musée de l’armée une armure de Samouraï, dont les couleurs correspondaient parfaitement à celle de la peinture. Selon les experts du musée, on trouve effectivement des traces de l’amure sous Louis XIV. En revanche et à leur propre surprise, impossible de retrouver l’origine de l’acquisition de l’armure. Une fois encore, le vide abyssal.

A ce jour, aucun indice ne permet donc d’expliquer la présence de cette armure au musée, ni à plus forte raison la raison de sa représentation dans la galerie des glaces.
Cela viendra, sans doute. Mais d’ici là, les historiens devront céder la place aux brodeurs d’histoires…

Source : Nicolas Milovanovic, conservateur en chef au château de Versailles, au cours d’une conférence intitulée « Les peintures de la galerie des Glaces et des appartements royaux : l’iconographie du pouvoir », cet après-midi même, dans le cadre d’un séminaire de l’EHESS.
Edit (avril 2012) : Un généreux contributeur vient de m’envoyer la photographie de la peinture, prise durant la restauration de 2004-2007. Ladite restauration ayant été financée par l’entreprise Vinci, cette dernière avait mis en ligne un site internet présentant des photographies dont l’ensemble reconstituait une vue exhaustive de la voute.

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Noblesse oblige, vraiment ?

La découverte sidérée du guide de savoir-vivre écrit par Barbara Cartland m’a replongée dans l’un de mes plus vieux vices cachés : les traités de bonnes manières.

Je ne m’attends pas à faire comprendre à mes béotiens de lecteurs – heureusement pour eux, diront les mauvaises langues – le plaisir raffiné de se pencher sur des questions essentielles telles que la manière dont vos enfants devraient parler aux domestiques, ou de dresser un plan de table selon qu’un cardinal, une vieille duchesse ou un chef d’État sont de la partie.

Cependant au-delà du potentiel humoristique prononcé, l’étude des bonnes manières et de leur histoire peut présenter une source d’intérêt indéniable. D’ailleurs tenez-le vous pour dit, je compte bien en décortiquer quelques uns ici de temps à autres.

Quelle est la part dans le savoir-vivre de marque d’appartenance à un milieu, de formatage social ou simplement de régulation du vivre-ensemble ? Les manuels sont innombrables, et diffèrent selon leur but et leur destination. Un guide nobiliaire du début du XXe traitant des 1001 moyens de ne pas couper sa salade n’aura pas le même usage qu’une brochure à quelques sous de la bibliothèque bleue enseignant à ne pas se moucher à table, même si l’on reste dans la même logique.

Comme le rappelle Lise Andries en citant Norbert Elias, « ce furent d’abord les personnes d’un rang social supérieur qui exigèrent des individus socialement inférieurs ou éventuellement de leurs pairs un contrôle plus rigoureux des pulsions ou un refoulement de l’affectivité. »
Tout est là : savoir tenir son rang.

A tel point que Lise Andries achève son article par une affirmation de Charles Nisard qui appellerait pour le moins à être discutée : « Les révolutions qui ont déchiré la France et transformé nos mœurs ont confondu toutes les différences qui distinguaient  entre eux les membres de l’ancienne société française, ce qui tendait à régler les rapports des uns avec les autres est désormais devenu inutile. L’égalité a tué la civilité. »

On pourrait penser au contraire que dans une société où n’étant plus soumis à un rapport de domination, chacun est l’égal de l’autre, la civilité est plus que jamais cruciale. Mais d’autres questions se posent, comme l’abandon de la galanterie ou le rapport à la liberté d’une politesse qui repose, par définition, sur le conformisme.


Que deviendrait la politesse dans une société anarchiste ? Vous avez deux heures.

(à toutes fins utiles, rappelons que police et politesse n’ont pas, contrairement aux apparences, la même étymologie.)

Approfondir :
« Les manuels de savoir-vivre de la bibliothèque bleue », Lise Andries

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les 50 bougies du Parti Communiste

D’accord, on aurait plutôt tendance aujourd’hui à fêter son 90e anniversaire. Mais au lieu de s’attrister sur les sombres perspectives d’avenir d’un parti quasi moribond, je préfère revenir au journal télévisé qui célébrait, le 29 décembre 1970, le cinquantenaire de la création du PC. (On ne remerciera jamais assez le site de l’INA pour les perles qu’il contient.)

Du 25 au 30 décembre 1920, donc, pour ceux qui auraient séché les universités d’été du parti, a eu lieu le Congrès de Tours, ou plus exactement le 18e congrès national de la SFIO.
En fait de trêve de Noël, on eût plutôt droit à un joyeux carnage qui vit la séparation des partisans, minoritaires, du maintien de la IIe Internationale -ceux qui restèrent à la SFIO, donc- et des partisans -majoritaires- du ralliement à la IIIe Internationale, créée à Moscou en mars 1819 sous l’impulsion de Lénine et des bolcheviks.
Le Congrès de Tours voit alors naître malgré les récriminations de Léon Blum un nouveau parti, la Section française de l’Internationale communiste, qui devient rapidement le PCF.

La vidéo est intéressante en ce qu’elle fait intervenir un témoin direct, ce qui, forcément, est un tantinet plus compliqué à notre époque.

La vidéo en question

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Pourquoi « olim et nunc », au juste ?

En latin, olim et nunc, c’est « autrefois et maintenant ».

Évidemment, cela pose la question du rapport de l’histoire au présent. On entend souvent parler de l’utilité de l’histoire qui permettrait de ne pas renouveler les erreurs du passé… Soyons clairs, c’est une vaste fumisterie. Je doute même que quelqu’un ait jamais cru un jour à ce poncif, qui offre sans doute surtout l’avantage de combler quelques lignes d’un discours fastidieux.

Si l’histoire doit jamais servir au temps présent, c’est en permettant de comprendre le pourquoi du comment, et d’appréhender  la mise en place de traditions, de mécanismes et de pensées considérés comme immuables.
Puisque l’ethnologie s’efforce de nous laver d’un ethnocentrisme tenace, l’histoire peut faire de même pour ce qui serait alors un chronocentrisme, à savoir le fait , d’une part, de juger toute chose suivant les repères de notre époque sans tenir compte du contexte, mais également d’autre part, de penser ces repères de manière essentialiste, comme s’ils avaient toujours été tels que nous les connaissons.  Historiciser, donc, pour se débarrasser enfin du mythe de l’insupportable « de tous temps ».

Le projet de ce blog – autant vous rassurer tout de suite, lecteurs dubitatifs – n’est pas de renverser d’un coup de plume mégalomaniaco-belliqueuse l’ensemble des préjugés qui trainent dans ce domaine. Il faudrait une vraiment très  grosse plume, ce qui n’est pas mon cas.
En revanche, je peux essayer de remettre certains faits de l’actualité en perspective, ou encore faire partager les curiosités diverses sur lesquelles je tombe de temps à autres au fil de mes recherches.

Et si l’idée vous tente, eh bien, soyez les bienvenus !

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter