Le 8 mars ? Des pavés, pas des fleurs.

Chers collègues bien intentionnés qui nous offrent des fleurs parce que c’est notre journée, chers journalistes armés de jolies formules galantes, chers potaches qui se réjouissent déjà de dégainer leurs blagues sexistes-mais-au-second-degré, chers publicitaires qui s’échinent à nous faire des ristournes sur les cours de maquillage,
On l’a assez dit et répété, ingrates que nous sommes : non, le 8 mars n’est pas la journée de la femme mais bien la journée internationale des droits des femmes.
…Sauf que, lorsqu’on se rend sur la page des Nations Unies, qui ont officialisé l’évènement en 1977, on réalise que contrairement aux annonces par exemple du gouvernement français, l’intitulé officiel en français est « Journée internationale de la femme ». En anglais, c’est  – un peu – mieux : International Women’s Day, au pluriel, donc.Clara Zetkin

De fait, force est de constater que les droits n’entrent pas toujours dans le nom officiel de la journée.
Mais terminologie ou non, il n’a jamais été question que de ça.

Tout commence en  août 1910, à Copenhague, lors d’une conférence internationale des femmes socialistes, durant laquelle est évoquée pour la première fois l’idée d’une manifestation annuelle, dédiée à la lutte pour l’égalité des sexes en général et pour le droit de vote en particulier. A l’origine de cette idée, il y a Clara Zetkin, enseignante spartakiste et future élue communiste.

8 mars 1914D’année en année, des manifestations s’organisent un peu partout et se fixent progressivement sur le 8 mars.
Le 8 mars 1917 notamment (23 février selon le calendrier grégorien), de nombreux cortèges féminins défilent à Saint-Pétersbourg sans tenir comte des instructions du Parti, pour réclamer du pain et crier leur refus de la guerre. Rejointes par les ouvriers, les slogans se radicalisent, le mouvement prend de l’ampleur, un régiment de cosaques refuse d’intervenir… C’est le début de la révolution russe.

Tout ça nous amène au 8 mars 1921, lorsque le camarade Lénine fait de ce jour de commémoration la Journée internationale des ouvrières. Dans la Pravda du jour, il déclare entre autres :

  • « On ne saurait amener les masses à la vie politique sans y attirer les femmes. Car en régime capitaliste, les femmes, la moitié de l’espèce humaine, sont doublement exploitées. L’ouvrière et la paysanne sont opprimées par le capital, et par surcroît, mêmes dans les républiques bourgeoises les plus démocratiques, premièrement elles ne jouissent pas de tous les droits, car la loi ne leur confère pas l’égalité avec les hommes ; deuxièmement, et c’est là l’essentiel, elles restent confinées dans « l’esclavage domestique », elles sont les « esclaves du foyer » accablés par les travaux ménagers, les plus mesquins, ingrats, durs et abrutissants, et en général par les tâches domestiques et familiales individuelles. »

Mais le parti bolchevique n’est pas le seul à célébrer cette journée. Les marins révoltés de Kronstadt, revendiquant de soviets libres, font savoir via un radiotélégramme du Comité Révolutionnaire Provisoire :

  • « Kronstadt libérée parle aux ouvrières du monde entier : Nous, ceux de Kronstadt, sous le feu des armes, sous les mugissements des obus qui déferlent sur nous (…) adressons notre salut fraternel aux travailleuses du monde. »

…La veille, l’Armée rouge avait commencé à ouvrir le feu sur la ville.
Écrasée dans le sang, la révolte sera suivie d’une répression particulièrement brutale.

Le 8 mars est né des luttes.
Il y a de fortes chances que l’énergie de beaucoup s’épuise à dénombrer les récupérations et incompréhensions aussi diverses que nauséabondes qui en sont faites, célébration aussi flagorneuse qu’illusoire d’un éternel féminin de pacotille, à s’en révolter, à le dénoncer, à le faire savoir. Mais en ce jour, ce sera précisément de cela qu’il sera question : de lutte.

Alors la prochaine fois, tant qu’à faire, plutôt que de nous offrir des fleurs… offrez-vous Le Deuxième Sexe.

 

La carte des évènements prévus en France
L’intégralité de l’article publié dans la Pravda
Un premier aperçu de la révolte de Kronstadt
Un témoignage de Clara Zetkin sur Lénine et le féminisme (en anglais)

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le mépris de la putain

Suite à la sortie de la série Maison Close, on fantasme beaucoup sur la prostitution de la fin du XIXe siècle. Chantal Brunel a fait le point sur la réalité des conditions de vie des filles, et pour ceux qui désirent creuser le sujet, l’excellent ouvrage d’Alain Corbin Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, paru en 1982, est là pour rappeler la politique d’enfermement, de surveillance  et de criminalisation qui a conditionné le sort des prostituées de cette époque.

 

Si notre vision de la catin mise au ban de la société doit beaucoup au XIXe, il n’en a pas toujours été ainsi. Un livre de Jacques Rossiaud est sorti récemment (Amours vénales. La prostitution en Occident XIIe-XVIe siècle) qui établit, comme son titre l’indique, une vision d’ensemble de la prostitution en Europe durant la seconde moitié du Moyen-Age.
Je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire, mais j’ai pu écouter un entretien de l’auteur et lire un article d’André Burguière qu’il a intitulé « Les putains respectées. »

Respectées, c’est beaucoup dire. Leur profession était considérée comme impure, ainsi que celle de bourreau par exemple, et elle devaient porter des signes distinctifs qui, s’ils n’étaient pas aussi répandus que ceux imposés aux juifs ou aux lépreux, n’en restaient pas moins stigmatisants.

En revanche, elles n’étaient pas exclues de la vie sociale comme on a pu le voir par la suite. Durant cette seconde moitié de Moyen-Age caractérisée par une certaine liberté de moeurs, le libre consentement de la prostituée étaient capital, et la condamnation se portait plus fréquemment sur les mères maquerelles que sur les filles de joie. Leur profession était reconnue au sein d’un cadre légal, et même protégée à certains égards. En outre, elles pouvaient, en cessant leur activité, trouver à se marier sans trop de difficulté, ce qui eût été impensable plus tardivement.

 

Quant à aujourd’hui, la situation n’est pas tellement plus reluisante qu’au XIXe siècle. On persiste à mépriser la prostituée, toute entière réduite à son activité de travailleuse du sexe, comme le dévoile l’utilisation toujours fréquente des expressions « se vendre » ou « vendre son corps », qui entretiennent la confusion entre l’Etre et le Faire.

Parallèlement,  la loi sur le racolage passif de 2003 les relègue dans des zones de non-droit – bois, autoroutes, etc..- éprouvantes et dangereuses. Faute de pouvoir les enfermer, on exile les prostituées pour ne surtout pas avoir à les apercevoir.

Que l’on cesse de mépriser la putain en excusant le client ne se fera pas du jour au lendemain, même si les frontières commencent à bouger. Mais la moindre des choses serait de commencer par protéger légalement une profession qui contribue, par ses impots, au bon fonctionnement de l’Etat qui la renie.

 

Complainte des filles de joie – Brassens

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter