Un pacte avec le Diable

Dans l’émission de cette semaine des Lundis de l’histoire, Roger Chartier fait état d’un authentique pacte avec le diable, rédigé en 1738 et récemment exhumé par Ulrike Krampl des archives de la Bastille.

Le voici, pour vous, dans son intégralité.

 

 

Par le présent traité que je fais et contracte avec toi, je m’engage et promets t’appartenir et être à toi du jour que j’aurai signé le présent traité, pour ta sûreté et garantie, de même que tu m’en signeras un semblable, de ton nom, pour ma propre sûreté et garantie. Du dit jour, à l’espace de vingt-cinq années, lesquelles années seront composées de trois-cent soixante et cinq jours, de douze mois, les mois de trente ou trente-et-un jours, les jours compris la nuit de vingt-quatre heures, les heures de soixante minutes. Ce que tu exécuteras et accompliras sans tromperie ni illusion, sans quoi mon présent traité sera nul. A condition et moyennant que tu me fourniras, produiras, donneras, apporteras dans ce lieu sans tromperie ni illusion la somme de trois cent mille livres soit en or ou en argent, espèces fabriquées de main d’homme, valables et courantes dans les états du roi de France, où je me trouve aujourd’hui, en joignant de prendre cette somme dans le fond de la mer, ailleurs où bon te sembleras, sans faire tort quelconque à mon prochain, sans quoi mon traité sera nul.

 

On voit que l’initiateur de ce contrat, un maître de langues habitant Paris, a voulu rivaliser de ruse afin de parer à toute éventualité (lorsqu’on tracte avec le Malin, n’est-ce pas…).

De fait, il aurait mieux fait de se méfier non pas du Prince des Ténèbres mais d’un cuisinier surnommé Lacoste, celui-là même qui lui a conseillé de nouer ledit pacte, en lui soutirant au passage une confortable somme d’argent. Un magicien autoproclamé qui, selon le commissaire de police chargé de l’enquête, « abuse les esprits crédules et simples ». Depuis une ordonnance de 1682, en effet, l’État ne considère plus les sorciers comme des suppôts de Satan mais comme des escrocs, et les traque en tant que tels. Il en va d’ailleurs de même pour les devins désormais accusés de charlatanisme, mutation symptomatique de l’évolution des croyances durant la période.

Mais revenons à notre affaire. Pour donner au pacte un apparat suffisant, Lacoste a donné rendez-vous au pauvre professeur de nuit, dans un lieu reculé non loin d’un couvent, au centre d’un cercle rituel. Est alors apparu dans la pénombre après un cri guttural un spectre mouvant, d’une taille fabuleuse, qui s’est transformé pour apparaître plus clairement en… poulet des Indes. Une dinde, si vous préférez.

Puisque tout est bien qui finit bien, c’est donc entre dindons que le pacte fut signé.

 

L’émission : « Police, magie et escroquerie »
Le livre de référence : Ulrike KRAMPL, Les secrets des faux sorciers : Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, Editions de l’EHESS, 2012.

 

 

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter