La tragédie de la fureur utérine

Quelques mots pour signaler l’excellent article d’Agnès Giard, « Faut-il brûler les nymphomanes ? » (Attention, passages choquants), qui traite de l’histoire de la nymphomanie et de la crainte qu’elle a pu générer.
En fait, il s’agit plutôt de la relation au désir féminin, puisque la nymphomanie est une  invention créée de toutes pièces par les médecins du XVIIIe et  XIXème, comme l’auteure le rappelle dans cet autre article.

Cette horreur face à un appétit sexuel féminin librement exprimé, considéré comme nécessairement anormal, a produit des atrocités dont le manuel La nymphomanie ou traité de la fureur utérine (1788) n’est pas pas la moindre. Des extraits d’ouvrages médicaux évoquant des sévices exercés dans un but curatif sur de très jeunes filles sont également cités dans l’article.


Fureur
. Égarement, passion, agitation violente, démesure. Un vocable très habile qui prive par essence la femme incriminée de ses facultés de jugement et de son statut de sujet, à l’instant même où elle entend sortir du rôle de docile poupée de porcelaine qui lui a été attribué.
Tout comme les romans corrompaient l’imagination des jeunes filles, la fureur utérine les possédait en les sortant d’elles-mêmes. Commode moyen d’évacuer tout élément frondeur qui ose désirer plutôt que de se contenter de recevoir, agir plutôt que demeurer sagement passif.

Le déni de sens est décidément un outil formidable, qui a encore de beaux jours devant lui.

 

Edit : Nouvel article d’Agnès Giard qui fait suite au précédent en citant différents cas de nymphomanie. Le cas de Mme B. serait presque cocasse s’il n’était aussi triste. D’autres sont pires encore : « Terrifiant témoignage que celui de cette victime qui, passant d’un médecin à un autre, se fait amputer de plusieurs parties de son corps pour essayer de guérir de ses orgasmes. »

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le mépris de la putain

Suite à la sortie de la série Maison Close, on fantasme beaucoup sur la prostitution de la fin du XIXe siècle. Chantal Brunel a fait le point sur la réalité des conditions de vie des filles, et pour ceux qui désirent creuser le sujet, l’excellent ouvrage d’Alain Corbin Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, paru en 1982, est là pour rappeler la politique d’enfermement, de surveillance  et de criminalisation qui a conditionné le sort des prostituées de cette époque.

 

Si notre vision de la catin mise au ban de la société doit beaucoup au XIXe, il n’en a pas toujours été ainsi. Un livre de Jacques Rossiaud est sorti récemment (Amours vénales. La prostitution en Occident XIIe-XVIe siècle) qui établit, comme son titre l’indique, une vision d’ensemble de la prostitution en Europe durant la seconde moitié du Moyen-Age.
Je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire, mais j’ai pu écouter un entretien de l’auteur et lire un article d’André Burguière qu’il a intitulé « Les putains respectées. »

Respectées, c’est beaucoup dire. Leur profession était considérée comme impure, ainsi que celle de bourreau par exemple, et elle devaient porter des signes distinctifs qui, s’ils n’étaient pas aussi répandus que ceux imposés aux juifs ou aux lépreux, n’en restaient pas moins stigmatisants.

En revanche, elles n’étaient pas exclues de la vie sociale comme on a pu le voir par la suite. Durant cette seconde moitié de Moyen-Age caractérisée par une certaine liberté de moeurs, le libre consentement de la prostituée étaient capital, et la condamnation se portait plus fréquemment sur les mères maquerelles que sur les filles de joie. Leur profession était reconnue au sein d’un cadre légal, et même protégée à certains égards. En outre, elles pouvaient, en cessant leur activité, trouver à se marier sans trop de difficulté, ce qui eût été impensable plus tardivement.

 

Quant à aujourd’hui, la situation n’est pas tellement plus reluisante qu’au XIXe siècle. On persiste à mépriser la prostituée, toute entière réduite à son activité de travailleuse du sexe, comme le dévoile l’utilisation toujours fréquente des expressions « se vendre » ou « vendre son corps », qui entretiennent la confusion entre l’Etre et le Faire.

Parallèlement,  la loi sur le racolage passif de 2003 les relègue dans des zones de non-droit – bois, autoroutes, etc..- éprouvantes et dangereuses. Faute de pouvoir les enfermer, on exile les prostituées pour ne surtout pas avoir à les apercevoir.

Que l’on cesse de mépriser la putain en excusant le client ne se fera pas du jour au lendemain, même si les frontières commencent à bouger. Mais la moindre des choses serait de commencer par protéger légalement une profession qui contribue, par ses impots, au bon fonctionnement de l’Etat qui la renie.

 

Complainte des filles de joie – Brassens

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter