Noblesse oblige, vraiment ?

La découverte sidérée du guide de savoir-vivre écrit par Barbara Cartland m’a replongée dans l’un de mes plus vieux vices cachés : les traités de bonnes manières.

Je ne m’attends pas à faire comprendre à mes béotiens de lecteurs – heureusement pour eux, diront les mauvaises langues – le plaisir raffiné de se pencher sur des questions essentielles telles que la manière dont vos enfants devraient parler aux domestiques, ou de dresser un plan de table selon qu’un cardinal, une vieille duchesse ou un chef d’État sont de la partie.

Cependant au-delà du potentiel humoristique prononcé, l’étude des bonnes manières et de leur histoire peut présenter une source d’intérêt indéniable. D’ailleurs tenez-le vous pour dit, je compte bien en décortiquer quelques uns ici de temps à autres.

Quelle est la part dans le savoir-vivre de marque d’appartenance à un milieu, de formatage social ou simplement de régulation du vivre-ensemble ? Les manuels sont innombrables, et diffèrent selon leur but et leur destination. Un guide nobiliaire du début du XXe traitant des 1001 moyens de ne pas couper sa salade n’aura pas le même usage qu’une brochure à quelques sous de la bibliothèque bleue enseignant à ne pas se moucher à table, même si l’on reste dans la même logique.

Comme le rappelle Lise Andries en citant Norbert Elias, « ce furent d’abord les personnes d’un rang social supérieur qui exigèrent des individus socialement inférieurs ou éventuellement de leurs pairs un contrôle plus rigoureux des pulsions ou un refoulement de l’affectivité. »
Tout est là : savoir tenir son rang.

A tel point que Lise Andries achève son article par une affirmation de Charles Nisard qui appellerait pour le moins à être discutée : « Les révolutions qui ont déchiré la France et transformé nos mœurs ont confondu toutes les différences qui distinguaient  entre eux les membres de l’ancienne société française, ce qui tendait à régler les rapports des uns avec les autres est désormais devenu inutile. L’égalité a tué la civilité. »

On pourrait penser au contraire que dans une société où n’étant plus soumis à un rapport de domination, chacun est l’égal de l’autre, la civilité est plus que jamais cruciale. Mais d’autres questions se posent, comme l’abandon de la galanterie ou le rapport à la liberté d’une politesse qui repose, par définition, sur le conformisme.


Que deviendrait la politesse dans une société anarchiste ? Vous avez deux heures.

(à toutes fins utiles, rappelons que police et politesse n’ont pas, contrairement aux apparences, la même étymologie.)

Approfondir :
« Les manuels de savoir-vivre de la bibliothèque bleue », Lise Andries


Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Publié par

Juliette Lancel

Juliette Lancel est doctorante à l'EHESS et travaille sur l'histoire des rêves à l'époque moderne. Elle est également photographe.

10 réflexions au sujet de « Noblesse oblige, vraiment ? »

  1. Ah, c’est cela ! Non, je n’avais pas pensé que des commentaires éventuels puissent ici relancer un (non-) débat ; il s’est trouvé que c’est la première contradiction qui m’est venue à l’esprit dans mon propre raisonnement- on peut remplacer par n’importe quelle volonté ou comportement à caractère d’auto-mutilation et/ou d’agressivité (s’auto-mutiler, attenter à sa vie, fabriquer des armes, disséquer inutilement des animaux vivants, épandre des produits chimiques antibiologiques sur des champs et des cultures, cultiver sur brûlis,…). Un autre exemple de conflit entre « politesse » et respect : une personne commence à énoncer des idées racistes (non nuancées, générées par l’agressivité et/ou des sentiments personnels empêchant le sens critique). Politesse : la laisser parler, critiquer sérieusement ? ou respect : osez lui couper la parole assez tôt pour signaler que quelque chose ne va pas, que la persone ne s’exprime pas intelligemment, qu’elle vaut plus que ce qu’elle laisse paraître, dépassée par son agressivité mal placée (déplacée) ? -Je ne dis pas qu’il n’y a qu’une seule attitude juste, mais seulement qu’on n’agit pas de la même façon avec l’ami et un « étranger ». L’ami, qu’on estime, on lui sauve la face, on ne le laisse pas s' »enfoncer » quelle que soit la situation… pourquoi un autre ? « Politesse », « respect », « civilité », des mots bien relatif à notre degré d’intimité avec les autres… nous ne pouvons penser ces mots comme un jeu de termes bien définis, qui définiraient clairement des comportements dans différentes situations données, a fortiori fictives. Certes la politesse semble plus formelle : alors, dans le sens d’un code et moyen de communication entre « étrangers », elle ne disparaîtra jamais. Le respect lui nous renvoie à notre propre vision de l’homme, donc à notre vision de nous-mêmes, puisque nous voyons en l’autre un autre homme que nous-mêmes… dans une vision empathique du respect.

  2. Mademoiselle Juliette,
    je pense que cela va bien au-delà de la culture, voire même, si l’on entend par culture, notre éducation au sein d’une culture donnée : notre notion de l’impolitesse -et même de la politesse, comme vous le faites par exemple très justement remarquer à propos de la « galanterie »- dépend pour une bonne part de notre sensibilité. Sommes-nous attentifs aux mots, à la manière dont ils sont dits, à la relation qu’ils supposent ou instaurent ; sommes-nous attentifs aux gestes ; ou à la personne dans sa globalité, sommes-nous empathiques ou distants, observateurs, voire portons-nous promptement des jugements sur autrui ? Jugeons-nous quelqu’un impoli lorsqu’il ne respecte pas nos critères sans même nous être donné la peine de les lui expliciter ? (Pourquoi pensons-nous donc toujours qu’ils vont de soi -alors qu’ils viennent de nous ?). N’étant qu’un lecteur de votre (très bon) blog, je suis fâché que ma réflexion spontanée relative à mes précédents commentaires vous ai déplue, mais comment pouvais-je le deviner en l’écrivant ? Quelle en est la raison, qui connue m’éviterait de commettre un nouvel impair ? Est-il poli de la demander ? Et pourtant, nous avons la même culture ! -La mienne, sans doute un peu plus méridionnale que la vôtre.
    Amicalement,
    Yoshka.

    1. Votre commentaire, Yoshka, pose problème en ce qu’il appelle à revenir à la question de la prostitution. Votre exemple n’allant pas de soi, il est possible que d’autres souhaitent y réagir, ce qui risque fatalement d’entraîner les commentaires de cet article vers le même débat que celui qui a lieu sur « Le mépris de la putain »… et ce pour un résultat qui ne sera pas nécessairement beaucoup plus constructif.
      La politesse de rigueur, en l’occurrence, est celle qui a cours sur n’importe quel blog. Celui-ci (ravie qu’il vous plaise) n’a pas vocation à devenir un vaste espace de débat sur la prostitution. Ne vous faites pas plus candide que vous ne l’êtes : votre exemple n’était pas neutre et je crois que vous le savez très bien.

  3. Quelles que soit la forme improbable de démocratie idéale qu’on attribue à l’anarchie, la politesse ne saurait en effet être une attitude hypocrite, puisque sans le respect de tous envers tous en tant qu’être humain sans prise en compte de hiérarchie sociale il n’y aurait pas d’anarchie… Il n’y aurait donc que la véritable politesse, le respect.
    Cependant, je me heurte à une contradiction, ne pouvant m’empêcher de repenser à mon intervention véhémente et désespérée sur un autre article de ce blog : imaginons qu’un(e) de nos admirables anarchistes déclare vouloir se prostituer. Indéniablement, il est poli de respecter cette affirmation et impoli de la contester. Cependant, il n’est pas respectueux de cette personne de ne pas lui porter assistance puisque sa situation morale, psychologique, est terriblement mauvaise, -comme quelqu’un qui dirait vouloir se suicider ou s’auto-mutiler. Bref, ne pas intervenir alors qu’on le ferait pour son meilleur ami, sa soeur, manquer d’empathie, n’est pas respectueux. Heureusement, dans une société anarchiste, il n’y aurait aucun client…
    Donc le respect peut exiger d’être impoli, autrement dit « poltiquement incorrect »,on pourrait trouver d’autres exemples bien sûr ! Autrement dit, la civilité est vaine lorsqu’on ne voit pas avec le coeur. Bien sûr, il ne s’agit pas de restreindre des libertés pour imposer une quelconque morale -mais c’est le problème de toute démocratie, l’anarchie se résumant grossièrement à une démocratie effective gérée à petite échelle.
    Ce qui ne change pas le fond de la question de la politesse elle-même : qui la définit ? Chacun la juge sur ses propres critères, sa propre susceptibilité, son éducation, ses modes de pensée et d’agir -là encore, pour savoir si quelqu’un est poli ou impoli, il faudrait voir avec le coeur… Y a-t-il vraiment de l’impolitesse ? Ou de l’aveuglement, un égoïsme ou une agressivité qui est peur, problèmes relationnels… ou autre culture, d’autres moeurs ?

    1. Yoshka, je vous serais reconnaissante de ne pas colporter ici le débat commencé ailleurs.
      (A toutes fins utile, ledit débat est trouvable dans les commentaires de l’article « Le mépris de la putain ».)

      Pour le reste je suis d’accord avec vous, la notion d’impolitesse est évidemment dépendante de la culture dans laquelle se placent les usages qui la conditionnent.

  4. Quand on est vraiment quelque chose, a-t-on vraiment besoin de « se revendiquer »? Surtout dans une jolie société anarchiste toute neuve où tout le monde est bon et récemment parfait? Allons… ;p

  5. Comte-Sponville, dans son Petit traité des grandes vertus, envisageait la politesse sous un angle moral. En gros (il s’agit quand même d’un chapitre d’une trentaine de pages), le philosophe envisage la politesse comme une sorte de palliatif à la vertu.

    L’Homme n’étant pas vertueux, mais s’efforçant également toujours de l’être, il aurait élaboré la politesse pour combler ce manque. Donc, à défaut d’être né bon, l’Homme pratiquerait la politesse pour s’efforcer de le devenir.

    Pratiquer la politesse impliquerait donc de se considérer comme un être condamné à être imparfait, vivant dans une société elle aussi condamnée à être imparfaite. Bref, supposer l’existence d’un Idéal que l’on s’efforce certes d’atteindre, mais auquel on ne correspondra jamais. D’où l’existence d’une série de rituels, arbitraires évidemment, mais s’efforçant d’imiter cet idéal.

    L’anarchisme étant d’abord un idéal (enfin je crois), une société qui se revendiquerait comme l’ayant atteint serait logiquement une société qui se revendiquerait comme étant l’incarnation d’un idéal. Une telle société ne saurait donc se satisfaire d’une pantomime, et exigerait au contraire de ses membres qu’il soit, spontanément, l’incarnation de cet idéal.
    Dès lors, une société qui se revendique anarchiste ne saurait non seulement pratiquer la politesse, mais la condamnerait très vertement.

    Voilà, tu me mets combien ? ^^

  6. Pas la civilité, la politesse! Indépendamment de la question, la notion par sa dualité est un débat à elle toute seule!

    Mais s’il faut répondre oui il y aura toujours de la politesse car même une société anarchiste les gens penseront leur rapport aux autres en fonction de l’estime et du respect qu’ils leur portent. Par exemple, on ne dit pas bonjour de la même manière à son meilleur ami, à quelqu’un qu’on admire, à un inconnu, à quelqu’un à qui on veut faire bonne impression, et ce même sans politesse.
    Même sans règles officielles, des règles consensuelles existent et sauf à vouloir faire du refus de la politesse un objectif, elle perdurera sous une forme ou une autre. Peut-être même qu’elle s’épurera des bonnes manières pour ne devenir que l’expression du respect d’autrui…

    C’est un commentaire sans doute pas exempt d’arguments rapides, peu travaillé et creusé mais c’est ça ou la disserte et moi aussi je manque de temps. ^^

  7. Si par « société anarchiste » tu entends une société sans règle ni cohésion, en proie au désordre social, alors la réponse est dans la question. Ce qui pose en revanche cette question « la politesse est-elle un rempart contre l’anarchie ? ».

    Si en revanche par « société anarchiste » tu entends simplement une société dépourvue d’autorité centrale, et qui a en quelque sorte réussi à conserver un ordre social, alors je suppose que la citoyenneté, et donc par extension la civilité, serait une valeur mise en avant.

    J’aimerais avoir 2h à consacrer à la question !

    1. Oui, je parle bien d’anarchie et d’anarchisme au sens politique et philosophique de ces termes, à savoir une société fondée sur une organisation autonome et anti-autoritaire.

      J’ai l’impression que tout ça amène à redéfinir la notion de civilité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.